Cinq Sens

« Ressentir avec chacun de ses sens. »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Baltic - Loup [L]

Aller en bas 
AuteurMessage
Ray
Admin cinglée
Admin cinglée


Nombre de messages : 427
Age : 27
Race : Louvard
PUF : Caronat
Pouvoir : Peut se rendre invisible dans les ombres
Date d'inscription : 03/08/2008

Votre perso
Clan: Vue
Célib' ?: Hmpf
Relations:

MessageSujet: Baltic - Loup [L]   Mer 31 Déc - 2:38

('me rend compte qu'on l'vait pas posté o_O )

    Image :
    Spoiler:
     
    http://0revenge0.deviantart.com/

    Nom :
    Baltic
    Sexe :
    Mâle
    Race:
    Loup croisé chien
    Sa famille :
    Loin, très loin.
    Son clan :
    Ouïe
    Âge :
    4 ans
    Pouvoir :
    Il contrôle la pluie et le brouillard
    Place/rôle dans le clan :
    Chasseur élémentaire

    Personnalité :
    De par son enfance équilibrée, Baltic à un caractère équilibré.
    Baltic n’est ni introverti, ni extraverti. Il acceptera de répondre si on lui parle, et de mener la conversation, mais s’il voit quelqu’un il ne s’en approchera pas de lui-même. Il n’aime pas faire le premier pas. Tant que ce ne sont pas les autres qui l’aborde, il ne cherchera pas la conversation. D’une nature plutôt calme et posée, il n’est pas susceptible, et les insultes semble glisser sur son pelage bleu-gris. Baltic n’aime pas se battre, et il à une répugnance extrême envers la guerre. S’il rechigne à se battre, il refuse catégoriquement de tuer. Sauf pour se nourrir bien entendu. Mais là encore, il ne prend que ce dont il à besoin pour survivre, rien de plus, et il partage volontiers si on lui le demande. Généreux et travailleur dans sa part des choses, il n’aime pas laisser quoi que ce soit au hasard. C’est pourquoi, très réfléchi, il ne fonce jamais tête baissée sans en avoir soupeser les conséquences avec soin. Il mesure chacun de ses actes, et s’il les juge trop risqués, il les abandonnera. Il ne prend pas de risques et ne s’appuie que sur des preuves fondées. Pas superstitieux, il ne croit que ce qu’il veut bien croire. Il ne se laisse pas facilement avoir. D’ailleurs, une des rares chose qu’il déteste, c’est de se faire manipuler. Il en a horreur. Je ne vous conseille pas de jouer à ce petit jeu avec lui… Il le remarquera très vite et vous risquez de vous faire rabaisser… Plutôt sévèrement. Assez méfiant envers les vrais « inconnus », c’est à dire ceux qui ne sont pas de son clan, il n’accorde que difficilement sa confiance. Mais si vous réussissez à vous faire de lui un ami, vous pourrez compter sur son aide à tous moments. Plutôt solitaire, il a un certain seuil de tolérance à la compagnie, qu’il faut veiller à ne pas dépasser. Il n’aime pas que l’on parle de lui, ou même que l’on s’intéresse à lui en général. Il préfère rester dans l’ombre, et en apprendre sur les autres. Tout ça ne le dérange absolument pas. Son « seul » et énorme défaut si l’on peut dire, c’est sa peur irraisonnée du vide. Il a le vertige. Mais pas le gentil vertige, celui qui vous fait un peu tourner la tête, non… Plutôt le méchant. Celui qui vous tétanise de terreur, celui qui fait manquer un battement à votre cœur. Celui qui vous empêche de vous approcher d’un trou trop profond à plus de cinq mètre…

    Sa vie :
    Baltic a eu, si l’on peut dire, une enfance banale. Enfin, à partir du moment où l’on considère qu’être né de l’union d’un loup et d’une chienne est banal. Il a eu une enfance tranquille, partagée entre l’amour inconditionné de sa mère et les parties de chasse, né au vent avec son père. Tous deux lui apprirent les rudiments de la vie, et tout ce qu’il devait savoir pour vivre tranquille. Il lui inculquèrent aussi une certaine façon de pensée, sans haine ni préjugés. A sa maturité, sa mère attendant une nouvelle portée , il dit au revoir à ses parents et s’en fut parcourir le vaste monde.

    Il voyagea longtemps, et apprit bien des chose durant son périple. Il erra longtemps, découvrant des mystères et des créatures plus étranges et incroyables les unes que les autres. Il apprit même à pêcher en côtoyant un ours brun, l’observant pendant plusieurs jours. Toutes les connaissances qu’il acquit au fi de son voyage lui furent bien utile, et tout semblait aller pour le mieux pour lui.
    Mais comme dans toutes les bonnes histoires, il fallait un élément perturbateur.

    Un jour, alors qu’il traversait une forêt millénaire, il perçut une odeur musquée. Elle n’était pas très fraîche, et semblait le suivre depuis un moment déjà. Il ne l’avait pas remarqué à cause de l’enivrante odeur des conifères, pins et acacias en tous genres. L’odeur précéda une meute loup. Bien plus gros que lui. Bien plus sauvages. Bien plus féroces. Et surtout, bien, bien plus affamés. Pendant tout ce temps, Baltic s’était trouvé sur leur territoire et il ne l’avait même pas remarqué, sans doute trop absorbé par le magnifique paysage. Et maintenant s’était trop tard. Ils approchaient. Vite. Trop vite. Conscient qu’il ne faisait pas le poids face à une quinzaine de loups affamés, il fit volte-face et se mit à courir, rebroussant chemin. La meute le prit en chasse. Affolé, Baltic enchaîna les crochets et les virages serrés pou tenter de déstabiliser ses poursuivants. Mais c’était peine perdue. Lorsque le premier de la file de loup était fatigué, celui de derrière le remplaçait, pendant que l’autre se reposait, puis il laissait sa place à nouveau… Baltic ne pourrait pas tenir longtemps à ce rythme. Lui, il était tout seul, et se fatiguait bien plus vite.
    Regardant droit devant lui, conscient qu’une chute ou qu’un ralentissement lui serait fatals, il vit lentement les arbres s’écarter, devenir plus rares, comme si il arrivait à a lisière de la forêt. Baltic saisit sa chance. Il puisa dans ses dernières ressources pour y arriver le plus vite possible. Grave erreur. Ce n'était pas la sortie de la forêt mais un sol de pierre, une falaise de granit qui descendait à pic vers des profondeurs où l'on devinait un mince filet d'eau, qui était pourtant un immense fleuve. Mais la distance était telle que l'on aurait juré voir un ruisseau. Baltic freina de ses quatre pattes, s'arrêtant à quelques centimètres du bord. Des gravillons tombèrent dans le ravin, et le chien-loup n'entendit pas le bruit de leur "atterrissage". Il tourna vivement la tête. La meute de loup fonçait sur lui, tel un troupeau de taureaux furieux. Connaissant bien leur terre, il freinèrent à leur tour. Deux mètres à peine séparait à présent les poursuivants du poursuivi. En un mouvement uniforme, parfaitement synchrones, les loups avancèrent d'un pas, puis d'un autres, les babines retroussées en un rictus menaçant, et Baltic recula d'un pas, puis d'un autre. Et un de plus. Ce fut celui de trop. Le pierre sur laquelle il se trouvait, tout à fait au bord du gouffre ne put supporter son poids ; elle céda. Baltic sombra dans les profondeurs du gouffre, le cri de dépit et en même temps de victoire des loups résonnerait longtemps à ses oreilles...

    Un rayon de soleil s'engouffra dans les pupilles entrouvertes du canidés avec la violence d'un coup de marteau. La forme bleu-grise gisait sur une petite étendue de sable de rivière, la moitié du corps dans l'eau peu profonde et stagnante, l'autre moitié étendue sur le sol. Il ouvrit timidement les yeux, leurs laissant le temps de s'habituer à la clarté solaire. Même ce mouvement lui fit mal, comme si ses paupières étaient restée trop longtemps closes. Chacun de ses muscles, chaque fibres de son corps lui faisait mal, mais cette douleur ne faisait que le conforter dans son idée qu'il était vivant. Brisé et meurtri, mais bel et bien vivant. Un trou noir persistait dans son esprit, lui faisant oublier ce qui c'était passé. Il chercherait plus tard. Au bout d'un moment, il réussi après plusieurs tentatives à mettre une première patte à plat sur le sol, puis une deuxième, et une troisième, puis la quatrième. Accroupit, il ferma les yeux et serra les mâchoires, crispées par la douleur, mais se releva tant bien que mal. Alors il ouvrit complètement les yeux. Sur les terres de Cinq Sens.


    Physique :
    Baltic est de taille moyenne. Ni extrêmement grand, ni minuscule. Ses yeux gris argentés et son museau court rappelle le chien. Mais son poil fourni, sa longue queue et ses oreilles droites ont tout du loup. Son poil est gris-bleu avec des reflets plus foncés aux extrémités de ses poils, en particulier sur son cou. Ses pattes et sa queue sont colorées d’un dégradé, allant du bleu gris de sa fourrure au bleu profond d’une nuit sans lune ou de profondeurs abyssales. Son museau est plus clair que le reste de son corps. Chacune de ses pattes est terminée par des griffes claires et pointues, mais marquée par son long périple. Elles sont donc quelques peu éraflées.

    Particularités:
    Il a une peur terrible du vide.

    Conditions spéciales pour l'avoir/conseil pour bien le jouer :
    Prenez en compte sa peur extrême du vide. Il ne s’approchera pas d’une falaise, d’un trou profond ou autres à plus de quelques mètres, et il empêchera celui ou celle qui est avec lui, peu importe si il s’aime ou pas, de s’en approcher aussi, qualifiant ça de trop dangereux.


    Fiche par °Renvenge°

    Pris par ...

_________________

Ray

« De l'ombre ou de la lumière, lequel des deux choisis-tu ? La lumière ? Crois moi, les ombres ne sont pourtant pas aussi effrayantes qu'on le croit. »

Base by mlp.kaos
Character by Caronat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://caronat.deviantart.com
 
Baltic - Loup [L]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» Kit de loup
» [...]Dans les bois, pendant que le loup n'y est pas. [Eliel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cinq Sens :: Personnages :: • Personnages de l'Ouïe :: • Personnages pré-créés-
Sauter vers: